l’historique de Fermacell

 usine
Fermacell est une référence, depuis plus de 30 ans, dans les matériaux pour la construction sèche.
Les plaques FERMACELL de gypse armées de fibres de cellulose ont été introduites sur le marché allemand pour la première fois en 1971. En 2002, la production et la distribution des plaques Fermacell devient l’un des secteurs d’activités du groupe Xella.
En 2009 l’entreprise adopte le nom du produit et prend l’appellation Fermacell GmbH. Elle devient ainsi l’unité des matériaux de construction sèche du groupe Xella. L’harmonisation du nom du produit et de la société favorisant la démarche d’internationalisation de l’entreprise, Fermacell est maintenant un nom bien établi, en France comme à l’étranger.
La nouvelle raison sociale a entraîné en même temps l’abandon de la gestion séparée de la marque Aestuver, qui a été intégrée à FERMACELL. Cette gamme de produits coupe-feu sera désormais uniquement distribuée sous la désignation Fermacell Aestuver ce qui renforce ainsi la compétence FERMACELL en matière de protection incendie.
Le fournisseur d’électricité PGEM (Nimègue) a entamé l’extension de la centrale électrique au début des années soixante-dix.Doté d’une puissance électrique de 600 mégawatts, le nouveau complexe a été mis en service le 10 mai 1982. Pour se débarrasser des cendres volantes résiduelles, une usine est érigée sur place, à Nimègue, sous l’enseigne VASIM.La politique environnementale de PGEM comportait un volet important : la manière de résoudre le problème – très débattu à l’époque – des « pluies acides » qui contribueraient à faire dépérir les forêts. Les rejets de la centrale devaient donc être débarrassés de toutes leurs liaisons soufrées. Le fournisseur d’électricité a alors été le premier aux Pays-Bas à décider de construire de façon phasée une installation dite de désulfuration des gaz de fumées.
PGEM à Nimègue
La désulfuration des gaz de fumées
Cette désulfuration des gaz de fumées a entraîné la production de 50.000 tonnes de gypse de qualité supérieure. La pureté de ce gypse de désulfuration oscille de 96 à 98%, contre seulement 80 à 85% pour le gypse naturel.La mise en décharge de ce gypse n’étant pas envisageable, on a donc cherché comment transformer ce produit résiduel. Le choix s’est alors porté sur la fabrication d’un produit unique et intéressant : les plaques fibres-gypse.
C’est dès lors à Niftrik, le long du plan d’eau Loonsewaard, qu’une usine a été bâtie à cet effet en 1988, toujours sous l’appellation VASIM.
VASIM
Très vite cependant, cette enseigne est devenue VAGIPS, en raison de l’association d’idées (injustifiée) avec les cendres volantes.
VAGIPS
Les plaques fibres-gypse sont alors commercialisées sur le marché néerlandais sous les marques VAPLEX et VAPLUS.
VAPLEX
Fels
Aux Pays-Bas, des plaques fibres-gypse étaient vendues depuis 1977 déjà par la firme Borsumij Bouwspecialiteiten BV sous le nom de marque fermacell. En 1993, VAGIPS et Borsumij sont rachetées par le groupe allemand Fels GmbH. Le nom de marque VAPLEX est transformé en fermacell.
En avril 2003, Fels est à son tour racheté par son compatriote Haniel Gruppe.
Haniel
La nouvelle enseigne de l’entreprise devient Xella Droogbouw Systemen. Sous l’égide de Xella International GmbH, une collaboration intensive est mise en place entre fermacell et ses marques sœurs YTONG, SILKA et HEBEL.
Xella
Fermacell BV
À la mi-2008, Xella International GmbH – et donc aussi l’établissement de Niftrik – tombe dans le giron des banques d’investissement Goldman Sachs et PAI Partners. Le 1er août 2008, la firme voit une fois de plus son nom changer de Xella Droogbouw Systemen BV en Fermacell BV, la marque universellement connue et respectée sur le marché devenant ainsi l’emblème de la société produisant des plaques fibres-gypse de qualité supérieure.En 2011, les 600 collaborateurs de Fermacell International ont réalisé un chiffre d’affaires de 208 millions d’euros. Cette même année, l’ensemble du groupe Xella comptait environ 6.950 collaborateurs.